Pink friday

12 roseCher cancer du sein,

Il y a 3 ans, tu m’as fait la frayeur de ma vie lorsque j’ai senti un matin une boule dans ma poitrine. Je me suis convaincue que ce n’était rien, et surtout que ce n’était certainement pas toi puis que nous n’avions aucun antécédent de cancer du sein dans la famille. J’étais d’autant plus sûre de moi que j’avais lu que le fait d’allaiter réduisait de beaucoup les risques de cancer du sein, sans compter le fait de ne pas fumer. Avec 4 enfants que j’avais tous nourri au sein (jusqu’à 10 mois pour le plus glouton), je me pensais à l’abri et pourtant, lorsqu’au cours d’une visite de routine à mon cher Docteur Akue de gynécologue, il senti lui aussi cette masse, j’ai dû me rendre à l’évidence : il fallait faire une mammographie. Ce que je fis, des semaines après, parce que la peur est là et on se dit qu’on préfère remettre à plus tard la mauvaise nouvelle. La mammo me révéla 6 kystes ACR 2, comme je ne comprenais pas ce que cela signifiait, j’en ai fait une autre quelques semaines après dans un autre labo qui m’en révéla 12! Et là, panique! Le laborantin avait avait beau m’expliquer qu’ils ne présentaient aucun danger avant ACR 3 ou 4, je ne l’entendait déjà plus. Tout ce que je voyais, c’était mes obsèques, mes chers enfants ne comprenant pas quand Maman reviendrait, mes amies d’enfance sonnées, toute ma famille se rappelant Scheena la drôle, Scheena la bonne élève, Scheena qui faisait des quiches incroyables, Scheena ci, Scheena ça. Et tu sais quoi? Je me suis dit qu’il était hors de question que cela arrive! Alors j’ai sauté dans le premier avion pour Paris et j’ai attendu des semaines pour obtenir un rdv au service Oncologie Médicale de l’Hôpital Tenon. Je n’ai pas éprouvé de pitié pour ces femmes qui étaient assises dans le couloir avec, qui une perruque pour cacher sa perte de cheveux, qui un proche pour tenir une main tellement affaiblie… La pitié n’a rien à faire là. J’avais envie d’entonner un chant de guerre pour nous donner à toutes du courage mais ça n’aurait pas été approprié. Alors, je me suis contentée de sourire et j’ai dit bonjour à celle qui était assise à côté de moi. Elle avait la trentaine et je pouvais voir les ravages de la maladie sur son visage, dans ses yeux… Quand mon tour fut venu, le médecin m’e fit passer les examens nécessaires en me racontant des blagues avec son assistante. Nous avons ri. Beaucoup ri et le temps est vite passé. Quelques jours plus tard, il m’a reçu pour me transmettre mes résultats et m’a dit ceci avec ce sourire qui ne le quitte jamais: « Surtout ne revenez pas me déranger avant vos 50 ans, d’accord? Vos seins sont en parfaites santé. Allez fêter ça! » Je suis allée m’acheter des chaussures avant d’appeler tous ceux qui savaient ce que je traversais et m’avaient soutenu pendant ces interminables mois. 

Cher cancer du sein, je n’ai pas eu l’occasion de te dire merci car depuis ce jour, tu m’as ouvert les yeux. La vie est courte et belle, il ne sert à rien de la gâcher en faisant des choses qu’on n’aime pas avec des gens qu’on n’aime pas. Grâce à toi, j’ai tout plaqué après ça pour vivre une nouvelle vie, loin de tout ce qui m’avait rendu malade physiquement et mentalement. Et depuis, je sais ce que je dois faire pour que tu ne viennes plus me hanter : une mammographie tous les deux ans, même si je n’ai pas encore 50 ans. Je sais aussi que comme les parasites, tu es plus fort quand on n’est pas combatif, positif, confiant, sûr de guérir. Si d’aventure tu revenais me faire ce genre de frayeur, soit sûr d’une chose, ce n’est pas une femme que tu trouveras sur ton chemin mais un fauve: Mohamed Ali. Oui, tout à fait, le plus grand boxeur de tous les temps qui disait ceci : « J’ai lutté avec un alligator, je me suis battu avec une baleine, j’ai passé les menottes à un éclair et emprisonné la foudre. La semaine dernière encore, j’ai tué une rocher, blessé une pierre, fait hospitaliser une brique. Je suis si méchant que je rends la médecine malade. » En cas de combat, ce sera toi ou moi. Regarde dans mes yeux et tu comprendras…

5 rose1 rose2 rose17 rose6 rose10 rose7 rose14 roseEn ce dernier jour d’octobre rose, mon coeur, mes pensées et mes prières vont à toutes les femmes qui ont combattu, combattent ou seront amenées à combattre un jour contre le cancer.

A vous qui me lisez, si vous sentez une boule sur vos seins, voyez apparaitre une rougeur, un écoulement suspect… n’hésitez pas à consulter au plus tôt et surtout, partagez ces informations avec d’autres femmes, en particulier, celles âgées de plus de 50 ans. On peut vaincre le cancer du sein. Toutes ensemble.

Robe/Dress: Asos - Ceinture/Belt: H&M – Chaussures/Shoes: Gucci – Sac/Bag: Chanel – Boucles d’oreille/Earrings: Tiss’ame – Collier: Acheté au village artisanal de Libreville – Gants/Gloves: Topshop

Photos: Andreus Fox

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

African shopping à Paris

2

Vous n’avez plus que 3 jours pour découvrir la boutique éphémère de Moon-Look, le e-shop qui vous évitera d’aller jusqu’en Afrique pour vous offrir de belles pièces made in Africa. Les pièces vendues dans la boutique sont uniques et en éditions limitées et leurs créateurs sont inspirés par l’Afrique ou en sont originaires. Ils s’appellent Christie Brown, Kabatoki, Uzuri, Pichulik, Toubab Paris, Maxhosa, Ibikéyé, Noubissie, Kitoko, Ohiri, Evine, Ajepoma, Chocolate, Tiss’ame, You Khanga, Tanya… C’est au  Sénégal, au Ghana, au Cameroun, au Nigéria, au Kenya, en Côte d’Ivoire, en Afrique du sud et même en France et au Japon que Moon-Look sélectionne les plus belles pièces en wax, khanga, bogolan, batik, coton, laine, jean et soie de ses créateurs. Si vous avez un penchant pour la mode afro et quelque peu la tête dans les nuages, ne ratez pas l’escale de leur boutique éphémère dans le Marais, au 51 bd Beaumarchais jusqu’au 1er novembre. Sinon, vous pourrez toujours faire du lèche-vitrine sur www.moon-look.com

13810574311114

Photos: Sasha K

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

How to be parisian

11'If you haven’t read Caroline de Maigret’s book yet, you probably have no clue how to dress, have fun and behave  like a Parisian even if you don’t live in Paris. Because I want you to read this funy book, here is one single piece of advice from it: cross the street where and when you shouldn’t. And just like that, you are Parisian, kind of… 

D’après le livre de la modeuse parisienne Caroline de Maigret, How to be Parisian wherever you are, (qui fait un tabac dans les librairies du monde entier en ce moment) pour être parisienne, une vraie, il faut faire tout un tas de choses invraisemblables comme traverser la route exactement où et quand il ne faut pas. Exactement comme moi ici! Vous pouvez aussi aller acheter une baguette en scooter alors que la boulangerie est à deux pas, vous plaindre encore aujourd’hui de ne pas pouvoir fumer dans un restau, toujours commander un verre de vin rouge au déjeuner, regarder votre téléphone sonner et ne pas décrocher… Le livre regorge de tonnes d’autres conseils très drôles et instructifs sur les amours, les enfants, les amis, la mode, les sorties à Paris et voici mon préféré : se regarder dans la glace et aimer ce que l’on voit parce que ce visage, nous allons le regretter dans quelques années. How to be Parisian wherever you are est un must-read pour faire sa parisienne n’importe où dans le monde!

6'1'16'2'4'8'9'10'11'Blouson/Bomber: Givenchy - Tee-shirt: Green Stone Clothing  – Pantalon/Pants: Zio – Chaussures/Shoes: Le Temps des cerises –  Sac/Bag: Stella McCartney

Photos: Sasha K

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Sadio Bee 2014

7

What an honor for me to introduced you to Sadio Bee, a very gifted african designer whose show I attended yesterday in Paris. His gowns are just amazing and I can’t wait to wear of them one day soon. 

Si vous n’avez pas assisté au défilé du styliste Sadio Bee hier, voici les plus belles pièces de sa collection Impression Mode 3D. Vous pouvez également visiter son site ou sa boutique, 12 rue Sainte-Marthe dans le 10e arrondissement de Paris. Moi j’ai déjà jeté mon dévolu sur une de ses robes. Saurez-vous deviner laquelle?

6H10A1637354

Photos: Sasha K

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Must have de l’automne

2'Chapeau: Pas de marque –  Solaires: Tom Ford –  Robe: Tim Création –  Bijoux: H&M

Panama, borsalino, capeline, canotier… On le/les sort de nos placards pour un look hispter à la Pharrell Williams.  Si on n’a pas de chapeaux, on en pique à papa ou papi (merci les vieux!). En dernier ressort, on en achète qui ont vécu dans des fripes ou ici par exemple. En parlant de Pharrell, avez-vous fait un tour chez Colette pour y voir la collection d’objets à sa marque? Il y en a pour tous les prix de 10 à 1000 euros. Et pendant que j’y suis, savez-vous qui a tué J.R Ewing? Je me pose encore la question.

Photo: Sasha K

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone